Une mode durable

En période de réchauffement climatique, les entreprises et les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par la durabilité. La prise de conscience des déchets plastiques, de l’agriculture industrielle et de l’empreinte écologique s’accroît. Et le sujet devient aussi de plus en plus pertinent dans la mode.

Status quo en 2020 : fast fashion et plastique

La « fast fashion » (mode éphémère) est une stratégie commerciale qui vise à renouveler la mode dans les magasins à une fréquence élevée. Dans les enseignes à bas prix surtout, on est passé des traditionnelles deux collections (une collection printemps/été et une automne/hiver) à 12 collections par an. Le but de ces entreprises est d’attirer l’attention des médias et d’inciter principalement les jeunes consommateurs à aller plus fréquemment dans les magasins. Lorsque ces vêtements sont jetés après avoir été portés trois fois, cela génère des tonnes de déchets et alimente également le circuit constant de la surproduction. Par ailleurs, les vêtements sont principalement constitués de plastique bon marché. Lors de leur lavage en machine, de minuscules particules de plastique sont libérées et terminent dans les eaux usées. Une fois dans les stations d’épuration, ces microparticules échappent en grande partie aux filtres de traitement. Elles poursuivent alors leur chemin dans les cours d’eau pour finir dans les océans où elles menacent l’espace vital de nombreux animaux. On plonge donc dans un cercle vicieux du plastique. L’environnement subit ainsi une pollution à long terme et la surproduction contribue au changement climatique.

Qu’est-ce que la mode durable ?

Pour renforcer la prise de conscience de la protection du climat et assurer la durabilité de son dressing, de plus en plus de personnes font attention à la mode durable lors de l’achat de vêtements. Également appelée mode équitable, mode éthique, mode écoresponsable, mode verte ou mode éco, elle désigne les vêtements confectionnés dans des matières écologiques et dont la fabrication tient compte des aspects sociaux. En détail, cela signifie que les matières sont issues de la culture et de l’élevage biologiques et que le traitement n’utilise aucun produit chimique toxique. De plus, la production consomme le moins de ressources possible (p. ex. énergie et eau). La mode durable veille également à assurer des conditions de travail justes (p. ex. temps de travail raisonnables, salaires équitables, protection du travail, travail des enfants interdit, protections sociales).

Comment savoir si un vêtement est durable ?

En matière de fabrication de vêtements, la transparence est la clé : quelles matières sont utilisées ? Quels sont les effets sur l’environnement ? Où la production a-t-elle lieu ? Et dans quelles conditions ? Voici les questions qu’il faut se poser quand on veut faire un achat responsable. Pour mieux connaître ces vêtements, il existe toute une série de labels et de certificats sérieux, garants de la durabilité. Une description détaillée de tous les labels durables de l’industrie textile est proposée ici.

 

IVN Best

IVN Best

Le label de l’association internationale des industriels du textile naturel (IVN, Internationaler Verband der Naturtextilwirtschaft) est le label écologique le plus stricte actuellement sur le marché. Il contrôle l’ensemble de la chaîne textile pour les fibres naturelles, de la culture biologique au produit fini. Les fibres synthétiques sont exclues, car elles consomment énormément d’énergie et des matières premières non renouvelables. La plupart de nos vêtements en fibres mélangées, notamment ceux à teneur en polyester, ne peuvent donc pas être certifiés par IVN Best.

GOTS

Global Organic Textile Standard (GOTS)

Le label GOTS (Global Organic Textile Standard) exige qu’un produit soit composé au minimum à 70 % de fibres naturelles d’origine biologique. Il peut contenir jusqu’à 30 % de fibres recyclées, par exemple du polyester recyclé. GOTS réglemente et certifie l’ensemble de la chaîne de création de valeur textile, de la culture jusqu’au produit fini, en veillant également à ce que les critères sociaux fixés par l’Organisation internationale du travail (OIT) soient respectés, parmi lesquels l’interdiction du travail des enfants et du travail forcé, la protection du travail et une rémunération minimale dans la production.

GRS

Global Recycled Standard (GRS)

Grâce au label GRS (Global Recycled Standard), la teneur exacte en matière recyclée d’un produit fini est déterminée et sa traçabilité garantie. Le label peut être utilisé quand un produit contient au moins 20 % de matières recyclées. Le standard GRS réglemente également l’utilisation d’additifs chimiques, et fixe des exigences en matière de gestion de l’environnement et de la responsabilité sociale des entreprises. En combinant le standard GRS au standard dit CCS (Content Claim Standard) la traçabilité des marchandises et la transparence de la chaîne d’approvisionnement peuvent être garanties.

FWF

Fair Wear Foundation

La fondation Fair Wear Foundation travaille en collaboration avec les entreprises pour améliorer les conditions sociales dans toutes les usines de confection de la chaîne textile dans les pays producteurs. L’accent est mis sur les entreprises dans lesquelles les textiles sont confectionnés. Les entreprises adhérentes sont régulièrement contrôlées et doivent publier leurs progrès dans un rapport. Celles qui obtiennent de bons résultats lors des vérifications peuvent apposer le label FWF sur leurs produits.

Made in Green

Made in Green

Label de l’association OekoTex, Made in Green est une norme très stricte applicable à la production textile et aux produits finis. Les usines doivent contrôler la gestion des substances chimiques, la performance environnementale, la gestion de l’environnement, la sécurité au travail, la responsabilité sociale et la gestion de la qualité conformément au programme « Sustainable Textile Production » (STeP). Des contrôles sur la présence de substances nocives sont réalisés sur les produits finis, quelle que soit la fibre, selon Oeko-Tex Standard 100.

Der Grüne Knopf

Der grüne Knopf

« Der grüne Knopf » (le bouton vert) est un label gouvernemental allemand lancé en septembre 2019 pour les textiles durables. Pour obtenir le label, les marques de prêt-à-porter doivent satisfaire 46 normes sociales et environnementales exigeantes. Cela signifie donc qu’elles respectent des normes fondamentales sur le plan social et écologique. Parmi elles, le respect de conditions minimales de rémunération, l’interdiction du travail des enfants et du travail forcé ou l’interdiction des substances chimiques dangereuses.

Comment utiliser durablement les vieux vêtements ?

Il existe pas mal de solutions durables pour les vêtements qui ont fait leur temps. Pas question de les mettre à la poubelle, car des entreprises de recyclage peuvent les utiliser pour fabriquer de nouveaux produits. En les déposant dans des magasins de seconde main, en les vendant aux puces ou en les utilisant pour du DIY-upcycling, les vêtements encore en bon état trouveront de nouveaux propriétaires.

La future génération contre le changement climatique

Les entreprises de la mode business s’intéressent elles aussi de plus en plus au thème de la durabilité. CG – CLUB of GENTS s’est donné pour objectif de contribuer de manière significative à la protection de la planète pour les générations futures. Disponible à partir du printemps 2020, le costume écologique est composé à 80 % de polyester recyclé. Avec sa matière extérieure bleue et sa doublure verte, il adresse un message clair : la future génération contre le changement climatique. Avec lui, tu soutiens la lutte contre le changement climatique et rends ton dressing un peu plus durable.

Shop-the-Klimaanzug